Dossier sur l’évaluation dans Télérama !

“Un vent de modernisation a soufflé sur nos sociétés, véhiculant un puissant pollen qui a pour nom : l’évaluation”

C’est un dossier de 5 pleines pages que nous offre Télérama, à lire sans faute parce que :

  • Il est rare que l’évaluation bénéficie d’un tel éclairage en dehors des cercles des professionnels et habitués de l’évaluation
  • L’article comporte une dimension critique très appuyée, qui n’est pas la plus couramment portée dans les écrits sur l’évaluation
  • C’est lu rapidement et agréablement illustré (la Vigie a une tendresse particulière pour le dragon évaluation).

ecole-entreprises-administration-l-evaluation-tourne-t-elle-a-la-tyrannie,M106426
détail de l’illustration de Jochen Gerner

 

 

 

 

 

Voici quelques citations clefs pour vous donner un aperçu :

“L’évaluation n’est pas qu’un mot, c’est un mot d’ordre”

Jean-Claude Milner, philosophe et linguiste,

 [L’évaluation] favorise la fin de l’opacité de la dépense publique, du clientélisme ou du fait du prince” (Albert Ogien, sociologue)

 

“la société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration” (Constitution française)

La Vigie se gardera de faire la critique de la critique (les commentateurs y sont cependant invités), mais ne peut s’empêcher de penser :

  • qu’il y a lieu de se réjouir de la publicité faite à l’évaluation. Une meilleure connaissance est un premier pas vers la reconnaissance
  • que la critique vient de l’extérieur et qu’elle est salutaire. Quel évaluateur n’a jamais rencontré de résistance à l’évaluation ? Et si ces résistances étaient, au moins partie, légitimes sinon justifiées?
  • que la critique sur l’évaluation gagnerait à être plus spécifique. La critique au niveau sociétal du “mot d’ordre évaluation” pourra intéresser philosophes et sociologues. Mais le praticien a aussi besoin de critiques plus spécifiques à tel ou tel corps d’activité (au fond, en quoi la critique de la notation à l’école est-elle pertinente pour l’agence de notation financière ou l’évaluateur de politiques publiques ?)
  • Qu’il conviendrait une bonne fois pour toutes que les critiques distinguassent principes et pratiques. Conspuer l’évaluation de politiques publiques parce qu’elle s’appuie excessivement sur des indicateurs chiffrés est aussi absurde que de rejeter le principe même de gâteau parce que l’on est tombé sur une mauvaise recette.

Sur cette métaphore culinaire, la vigie vous invite à consulter le n°3295 de Télérama (du 9 au 15 mars) ou à lire l’article directement sur le site de telerama.fr tant qu’il est encore en ligne.

Ce dossier a été signalé à la Vigie par Thomas D. qu’il en soit remercié par les lecteurs.

Une réflexion au sujet de « Dossier sur l’évaluation dans Télérama ! »

  1. “Conspuer l’évaluation de politiques publiques parce qu’elle s’appuie excessivement sur des indicateurs chiffrés est aussi absurde que de rejeter le principe même de gâteau parce que l’on est tombé sur une mauvaise recette.”

    Oui, ou dans le même genre: “Je suis contre l’orange. D’abord c’est une couleur moche, j’aime pas les fruits et je suis contre l’apartheid”.

    Sinon j’aime bien aussi le dragon évaluation, les illustrations c’est un peu le seul truc qui sauve l’article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.