Concevoir un système de suivi et d’évaluation – comment ça passe à la fondation Bill&Melinda Gates

un article de premier ordre que vous pourrez lire dans le Stanford social innovation review.

On y retrouve l’argument essentiel de l’utilité de l’évaluation en tant qu’aide à la décision, par la recherche des réponses qui importent à la décision, et non pas à la seule curiosité ! (actionnable measurement)

Inspired by the co-chairs’ preference that the foundation measure strategically and to inform action—think of the question “What would you do differently if you have that data?”—actionable measurement privileges purpose over methodology or evaluation design

Faites le test et demandez-vous :  “Que ferions-nous différemment qi nous avions cette donnée ?”  pour chaque question d’un questionnaire, pour chaque question d’évaluation…vous pourriez avoir des surprises!

A noter aussi le penchant du responsable des évaluations, qui définit l’utilité sociale des programmes par la production d’impacts mesurables pour les personnes. Ce qui n’est compté ne compterait donc pas ?

autre penchant : il faudrait n’évaluer que ce sur quoi on a le contrôle : projets aidés, portefeuilles de projets…le niveau décisionnel ultime, lui, ne serait pas évaluable car il ne peut être contraint au changement, il n’est pas “piloté”. L’évaluation, c’est mieux pour les autres?

Télécharger (PDF, Inconnu)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.