« Arrêtons de faire subir aux enfants de mauvaises politiques publiques ! » [Le Monde]

C’est le titre d’un billet du blog “mammouthologue” hébergé par lexpress.fr

On y découvre une approche des la conception des politiques publiques par … la neuroscience !

Les neurosciences s’intéressent à la façon dont les gens prennent des décisions 

Des manipulations scientifiques?

Ce n’est en fait pas si surprenant : l’évaluation a déjà souligné que l’efficacité d’une politique publique dépend de la réaction des acteurs qui forment la société. Car oui, la plupart des politiques publiques visent à faire évoluer des comportements (la conduite des automobilistes, l’investissement des entreprises, l’implication des élèves, etc.).

L’économie expérimentale va tenter d’anticiper ces réactions par la rationalité limitée des acteurs, et la neurologie par les mécanismes cognitifs individuels et collectifs. Au Royaume-Uni, ces réflexions ont créé le courant des “nudge policies” (politiques du coup de coude) qui exploitent comment une impulsion légère – mais de la bonne façon et au bon moment – peut être plus efficace que des politiques à coup de millions.

Rationalité limitée à tous les étages

Le billet donne la parole à Olivier Oullier, spécialiste des neurosciences et directeur du programme neurosciences et politiques publiques au sein du Centre d’analyse stratégique (aujourd’hui “France stratégie”) de 2009 à 2012.

Il décrit, amer, comment le système politico-administratif a superbement ignoré cette expertise. Par exemple, la réformes de rythmes scolaires est l’archétype de la réforme qui se décide sans qu’aucune partie n’ait pris la peine de tester ses arguments.

Cette mesure est peut être bonne, mais pour le savoir il aurait fallu l’expérimenter de manière scientifique et contrôlée. En gros nous avons fait un pari sur la gueule de nos gosses !

Pondérons toutefois le propos : dans le pire des cas, les dégâts seront contenus par la prochaine réforme, qui ne tarde jamais, et procédera d’un aveuglement au moins égal…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.